Dans ma vie tranquille et folle, il y a l'Amoureux, les Trois Filles, le Bébé, des chats, une grande maison ensoleillée, un job épuisant. Mais il y a aussi la mer quelques fois par année, les livres, les mots pensés comme on respire, les mots tus, les mots d'amour prononcés, des éclats de rire partagés et parfois, des chagrins.
Des silences, aussi.


lundi 27 décembre 2010

Les chattes roupillent au salon

Matin tranquille, qui m’a donné l’envie un peu idiote de créer un blog – ben oui, une fois de plus. J’en suis à mon troisième. Quatrième peut-être même ? Sais plus. Y a dans la création d’un blog un engagement qui me semble toujours initialement simple, mais qui se complexifie au fil des jours. Et c’est là que ça devient idiot de ma part : je me lance, je suis pleine de bonnes intentions, je me promets qu’enfin, ça me ramènera à l’écriture, et puis pouf, après quelques entrées, j’abandonne. (Je vous épargne les parallèles à faire avec mes relations de couple. Vous m’en remercierez plus tard, si si, je vous le jure.)

D’abord, moi, la discipline : pffft ! C’est pas que je ne suis pas une personne organisée. Mais bon, entre les quatre heures per diem dans le trafic, le job, l’Amoureux, les trois filles, les emplettes, les repas, la lessive, les tours de livres qui s’élèvent un peu partout chez moi, reste très peu de temps. Et il me manque souvent de mots, because la fatigue.

Et puis quitte à écrire, quitte à raconter, aussi bien se dire les vraies choses, non ? Mais alors, combien de temps avant d’être repérée par l’Amoureux, les Trois Filles, les amis, les collègues, le Boss – qu’on surnommera plus loin le Petit Coiffé – la Corporation, bref, n’importe qui et tout le monde qui pourraient éventuellement être offusqués par un commentaire sagement tu sur le coup ? (Là j’avoue hésiter : n’importe qui et tout le monde, on accorde au pluriel, pour la conjugaison?)

Ensuite, point de vue platement logistique : non mais, je mets des heures à choisir une foutue carte chez Hallmark, comment diable pourrais-je parvenir à me pondre une interface de blog qui me satisfasse pleinement en moins de deux ans ? C’est qu’il y en a, des Cochez ici Cochez là, et en bout de ligne, j’aime tout de même pas le résultat. Pourquoi ça ne fait pas TOUT ce que je veux, sans que j’aie à ouvrir et refermer des millions de fenêtres d’option ?

Pas grave. Je vais tout de même m’y installer tranquillement, sur ce blog, ranger des choses ici et là, décorer un brin, j’ouvrirai pas tout de suite les portes, c’est tout. On fera la pendaison de crémaillère quand je m’y sentirai bien. Rendez-vous dans 18 mois, donc, si tout va bien.

Et si j’y suis encore, évidemment.

1 commentaire:

  1. Tiens ! Je découvre ton blog et je crois également découvrir une soeur jumelle. Mais est-ce que nos deux cerveaux ont été fabriqués dans le même moule ? J'aurais pu écrire ce billet, mot à mot. Et tous les autres aussi. Jen suis d'ailleurs à mon deuxième blog moi-même, pour cause d'en avoir trop dit et de façon pas assez anonyme. You live and learn.

    Même la photo du fond, cette belle mer bleue avec le dégradé orange (on dirait les couleurs de Gauguin). J'aime beaucoup.

    Au plaisir de te lire, donc.

    Madame S.

    RépondreSupprimer